FABULEUX BESTIAIRE

FABULEUX  BESTIAIRE

Gilles de Kerversau

Louis d’Hauterives

Exposition du  11 décembre 2009 au 06 février 2010

Vernissage le vendredi  11 décembre 2009 à 19h00

Sculptures et pastels, cette exposition propose : Deux approches :

L’une humoristique pour les œuvres de Kerversau.

L’autre plus onirique pour l’œuvre de d’Hauterives.

Mais le mystère demeure, qui de l’animal ou de l’homme est le plus ridicule ??

L’animal, puisque l’homme a les mots et l’art pour se moquer du monde !!

Gilles de Kerversau

Ancien élève de Balthus, membre de l’académie de France à la Villa Médicis, grand prix de Rome à 24 ans, (1974), ses œuvres sont déjà dans des importantes collections, Bill Gates, Seydoux.

« Ce qui m’intéresse dans l’expression artistique animalière, c’est de rendre à l’animal ce que l’homme lui a emprunté sans jamais lui rendre… ce que je fais, c’est de la poésie en volume, j’essaie de donner un sens à la représentation, qui s’inscrirait dans une mythologie, lorsque les animaliers du début du siècle ne se contentaient que de lui donner une forme ». G. de kerversau

Animaux- caricatures affublés parfois de costumes humains souvent trop étroits, mimant des personnages sociaux identifiables et désopilants. Le sarcasme rejoint celui des Fables de La Fontaine  et fixe des expressions bien connues – Ne voyons nous pas  en l’autre, l’animal, alors identifiable et pourtant dévoyé, nos défauts (et sans doute qualités) éclatantes de vérité, s’affirmer soudain et en mesure de nous renvoyer des questions  comme « Sommes nous si ridicules, convenus, transparents ? »

Les sculptures en bronze, en fonte de cire perdue, sont des éditions limitées numérotées de 1 à 8 et portant le Tampon fondeur. D’une hauteur d’une quarantaine de centimètres, ces bronzes miment notre monde, une grande parade, jusqu’au pingouin affable et débonnaire, avec plastron doré –pièce monumentale, 165 cm, elle –questionnant la comédie humaine jusqu’au limites de la conscience que nous avons de nous-mêmes  – ne fût-ce que par l’habilité à suggérer l’ « humain trop humain » indéfinissable et pourtant révélé cyniquement, par ce dont nous nous moquons souvent chez nos frères, les bêtes.

Louis d’Hauterives

Membre de la Caza  Velazquez de 1996 à 1998 (Madrid).

Après une série de gouaches – clins d’oeils orientalistes pour une peinture pourtant qui ne relève pas d’un « courant », Louis d’Hauterives expose maintenant de grands dessins oniriques à la galerie Rê.Pastels mélancoliques et intemporels, paysages , sorte de zones aux abords des mondes habités et inhabités- qu’importe- déserts aussi, hantés seulement de chiens errants, témoins des lieux délaissés, sidéraux, genèse d’une science fiction romantique – Chiens errants pensifs, arrêtés à jamais dans la position que Louis d’Hauterives aurait choisie – Chiens de détresse, d’amour, de volupté, chiens de solitude, chiens  d’outre monde enfin, celui où ils seraient les rois, nocturnes et mystérieux, ou vagabonds, amoureux fous, vengeurs, cruels, à jamais nos frères…. Matière exceptionnelle, fluide, diaphane, une technique secrète, occulte ?    On pense à des Road-movies tant les paysages s’enfoncent dans l’horizon, les « images » de Louis seraient juste des étapes, soudainement immobilisées, restituées au travers d’une matière extraordinaire, vivante et morte en même temps, en attente de la suite, dans le creux de la plaine, au commencement de la montagne, là, juste à l’extrême du papier… Puis des portraits en pieds, soudain animés, parfois arborant tarbouche, hères ancestraux qui peuplent notre inconscient de leur présence anthropomorphique.Lui seul pourrait redonner sens au mot ‘surréaliste’, confisqué par les galvaudages culturels.Dans l’ampleur des formats, des couleurs, du pastel travaillé, souvent, la lumière est filmique, en contre-jour étudié et frappe le fond de l’image, la multiplie dans le cosmos.

Sabah, pour la Galerie Rê, novembre 2009

Publicités

~ par galeriere sur mars 8, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :